Mairie de VALDERIES

Assemblée Générale des J.A 81 : normes agricoles et compétitivité.

samedi 12 mars 2016 par Pierre RICCA

L’Assemblée Générale des Jeunes Agriculteurs du Tarn s’est tenue le 11 février 2016 à la salle polyvalente de Valdériès (81). Ce rassemblement annuel constitue un moment fort pour ce syndicat à vocation générale composé de 300 adhérents tarnais âgés de 16 à 35 ans, de 21 bureaux cantonaux et de 25 administrateurs. Cette occasion permet de faire le point sur les actions réalisées, de définir et présenter les orientations futures. Au cours de la matinée faite à huit clos, les 60 adhérents présents ont procédé à l’élection pour 2 ans du nouveau conseil d’administration et ont débattu en présence de Patrice Ramond, secrétaire général des JA Midi-Pyrénées et de Baptiste Gatouillat, administrateur national, sur les revendications et problématiques locales suivantes : l’environnement sous diverses formes, l’entretien des cours d’eau, les zones vulnérables, la crise des filières agricoles, la retenue d’eau de Sivens, l’installation des jeunes exploitants et la problématique des circuits courts qui ne permet pas d’approvisionner les secteurs à forte population (80 % de la population française serait urbaine). L’après-midi, la réunion ouverte à tous avait pour thème « La norme est-elle compatible avec une agriculture compétitive ? » Mais avant d’aborder ce débat animé par Christophe Rieunau et François Verdier, André Cabot, maire de Valdériès a souhaité la bienvenue à toutes et à tous. Dans l’assistance, on notait la présence de Laurent Gandra-Moréno, secrétaire général de la préfecture, des élus Philippe Folliot, Thierry Carcenac et Philippe Bonnecarrère et enfin de Jean-Claude Huc, président de la chambre d’agriculture du Tarn. Puis, Roland Le Grand, président des JA 81 a présenté la nouvelle composante du conseil d’administration. Ensuite plusieurs revendications ou constats du syndicat ont été exposés : les nouvelles dispositions des aides à l’installation promises en janvier 2015 n’ont pris effet qu’en juillet, report qualifié de scandaleux (59 installations en 2015 dans le Tarn où l’on constate une stabilité), validation au plus vite de la cartographie des cours d’eau réalisée avec une précision de 97% par les JA 81 afin de disposer d’une règlementation précise et claire pour tout le monde (cartographie refusée pour l’instant par l’administration tarnaise mais acceptée dans d’autres départements), souhait de voir aboutir le projet du Tescou malgré l’opposition des écologistes, et enfin précisions sur les grosses inquiétudes que traverse actuellement le monde agricole (les agriculteurs payent cash les effets de l’embargo russe, nombre trop important d’intermédiaires et de normes). Et à propos du bilan sur le lien entre normes et compétitivité agricole, que ces règles soient choisies ou dites de régulation politique car imposées par l’Etat, il en a été débattu au cours de la réunion avec les membres du syndicat, un enseignant-chercheur et les élus. Il est en résulté que d’après les études menées notamment sur les produits régionaux, certaines normes sont pertinentes et ont un impact positif pour la compétitivité de l’agriculture (valorisation des produits et des bassins d’exploitation, solidité financière avec un taux d’endettement meilleur, besoin d’agrandissement moins important des exploitations). En revanche, pour une meilleure efficacité, les normes suivies doivent être choisies et décidées localement en concertation avec les exploitants. Il faut aller plus loin sur l’étiquetage des produits. Les agriculteurs français et allemands devraient se parler un peu plus pour faire baisser ces règles dont la complexité est de nature à décourager les futurs exploitants, d’autant qu’au sein de l’Europe les contrôles de l’administration pour le respect des normes ne sont pas les mêmes d’un pays à un autre. Un travail doit se faire au minimum au niveau européen et pour cela les jeunes agriculteurs vont travailler avec la FDSEA pour faire bouger les ministères. Pour conclure, les JA 81 en ont ras le bol du respect administratif et de celui des normes actuelles. Ils ne sont pas contre les normes européennes mais pour leur simplification et pour une application intelligente de celles-ci. En effet, l’empilement des directives depuis les 3 dernières décennies est vécu comme autant de contraintes supplémentaires et est de nature à affecter la productivité, le revenu et donc à diminuer la compétitivité. Or, face aux marchés européens et internationaux, une agriculture française compétitive peut créer de la valeur ajoutée tout en résistant à la concurrence. La réunion a été suivie d’un pot de l’amitié qui a permis aux participants de partager un moment de convivialité.

Portfolio


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 271847

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d

Administrateur du site : Claude KROUK

     RSS fr RSSPresse RSSTarn Libre   ?