Mairie de VALDERIES

Le centenaire du clocher.

lundi 12 juin 2017 par Pierre RICCA

A l’initiative de Pascal Bayonne et sur son invitation, une soixantaine de personnes se sont rassemblées le 20 mai 2017 sur la place de l’église de Valdériès pour fêter les 100 ans d’existence du clocher dans son architecture actuelle. Ce valdérois, intéressé par l’histoire locale et plus particulièrement par celle du clocher, avait à cœur d’organiser cette manifestation. En effet, petit-fils de la sonneuse de cloches Andrée Lacroux qu’il aidait lorsqu’il était enfant et en vacances, il connait les moindres recoins de cet édifice. Parmi les personnes présentes, figuraient le Père Michel Siguier, curé de Valence Valdériès et le maire André Cabot. Monsieur le Curé a tout d’abord pris la parole. Il a rappelé le repère et l’importance que revêt le clocher pour les paroissiens et la population. Puis, Pascal Bayonne en a retracé l’historique, depuis sa conception d’origine jusqu’à sa surélévation, récit complété au passage de quelques anecdotes. Tout d’abord, un peu d’histoire : trop exiguë et en mauvais état, il est décidé en 1770 de raser la chapelle St Pierre et de reconstruire une nouvelle église sur son emplacement, édifice appelé Notre Dame de Saint Pierre. En 1876, elle sera agrandie dans sa surface actuelle. Mais par manque de fonds, elle ne pourra être surmontée que d’un petit clocher carré appelé « La Pébréto » en raison de sa forme quadrilatère qui faisait penser à un poivrier de table. N’étant pas dimensionné pour cette construction, il était notamment moqué par les voyageurs du petit train de la ligne Albi-Valence qui traversait le village. L’abbé Briol en 1890 annonça l’ouverture d’une souscription pour la construction d’un nouveau clocher mais il mourut rapidement. Ensuite, le marquis de Solages proposa de financer ce chantier mais pour des raisons politiques il s’est heurté à un refus. Puis l’abbé Poux prit le relais mais les fonds recueillis ne furent pas suffisants. Il fallut attendre l’installation de l’abbé Serres pour qu’en 1912, à la demande des paroissiens, une nouvelle souscription permette de pouvoir lancer le projet. En 1913, c’est l’entreprise Camares qui fut missionnée pour le démontage de « La Pébréto » et les travaux de maçonnerie. Le grand échafaudage fut mis en place en 1914, mais la guerre ralentit les travaux durant 2 ans. Le 17 juin 1916, la foudre tomba sur cet échafaudage et y mit le feu. C’était au moment des vêpres et par chance il n’y eut aucune victime. Aidée de bénévoles, une nouvelle entreprise dénommée Dardenne reprendra les travaux et la croix, surmontée d’un coq et d’un paratonnerre, sera fixée le 16 octobre 1916 au sommet du clocher. Il est à noter que ce dernier est fait de briquettes, ce qui n’a pas facilité sa construction. Précisons que le haut de la pointe se situe à 38 m du sol, que la flèche mesure 12 m et qu’il comporte une horloge à 4 cadrans, ce qui n’est pas commun. Il sera équipé de 3 cloches qui vont rythmer la vie des habitants, annoncer les offices, les évènements heureux et malheureux et même prévenir des orages violents. L’abbé Serres, qui s’était investi sans compter pour ces travaux, dira plus tard : « Nous l’avons notre clocher, mais ce ne fut pas sans peine, sans soucis et presque pas sans larmes ! » Le clocher, les cloches et l’horloge seront bénis le 20 mai 1917. Pour immortaliser ce centenaire, Pascal Bayonne a offert à l’église une reproduction grand format du bulletin paroissial intitulé « Le sonneur de Valdériès » datant de 1917 dans lequel l’abbé Serres rapporte à l’évêque le déroulement et l’aboutissement des travaux de surélévation de ce clocher qui de fait, a changé l’aspect du village. L’honneur de dévoiler ce document est revenu à mesdames Marie-Thérèse Jean et Françoise Arnaud-Roca. Pour terminer, André Cabot a remercié chaleureusement Pascal Bayonne pour son initiative et ses recherches, ajoutant : « L’église fait partie du patrimoine valdérois. La municipalité participe à son entretien. Prochainement, le chauffage va être refait ainsi que la peinture des murs intérieurs. » Avant de déguster la fouace, les personnes présentes ont posé pour une photo souvenir, laquelle sera conservée notamment aux archives départementales avec un album retraçant le déroulement de cette fête du centenaire. Bravo à l’organisateur de cet évènement convivial qui a permis de redécouvrir l’incroyable histoire de notre clocher et par là même de rendre hommage à tous ceux qui ont œuvré à sa réalisation.

Portfolio


L’église et sa Pébréto

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 271847

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d

Administrateur du site : Claude KROUK

     RSS fr RSSPresse RSSTarn Libre   ?